Ésaïe 10

mercredi 29 novembre 2006
popularité : 21%

101 Malheur à ceux qui prescrivent des décrets funestes, A ceux qui transcrivent des arrêts injustes,
2 Pour tenir les pauvres à l’écart du jugement Et dérober leur droit aux malheureux de mon peuple,
Pour faire des veuves leur proie
Et des orphelins leur butin !
3 Que ferez-vous au jour du châtiment Et de la tourmente qui arrive du lointain ?
Vers qui fuirez-vous pour (avoir) du secours,
Et où laisserez-vous votre gloire ?
4 Il ne reste qu’à se courber avec les détenus Et à tomber avec ceux qui sont tués.
Malgré tout cela, sa colère ne se retire pas,
Et sa main est encore étendue.
5 Malheur à l’Assyrien, Bâton de ma colère !
La massue dans sa main,
C’est l’instrument de ma fureur.
6 Je le lâche contre une nation impie, Je le dirige contre le peuple qui m’irrite,
Pour qu’il se livre au pillage et fasse du butin,
Pour qu’il le foule aux pieds comme la boue des rues.
7 Mais il n’en juge pas ainsi, Et ce n’est pas ainsi que son cœur le prend ;
Car c’est la destruction qui est dans son cœur,
Le carnage de nations innombrables ;
8 Car il dit : Mes princes ne sont-ils pas autant de rois ?
9 N’en a-t-il pas été de Kalno comme de Karkémich ? Ou encore de Hamath comme d’Arpad ?
Ou encore de Samarie comme de Damas ?
10 De même que ma main a su trouver les royaumes des faux dieux, Dont les statues dépassaient celles de Jérusalem et de Samarie,
11 Ce que j’ai fait à Samarie et à ses faux dieux, Ne le ferai-je pas à Jérusalem et à ses images ?
12 Mais alors, quand le Seigneur aura accompli toute son œuvre Sur la montagne de Sion et à Jérusalem,
Je punirai le roi d’Assyrie pour le fruit de son cœur orgueilleux
Et pour l’arrogance de ses regards hautains.
13 Car il a dit : C’est par la force de ma main que j’ai agi, C’est par ma sagesse, car je suis intelligent ;
J’ai bousculé les frontières des peuples,
Je les ai dépouillés de leurs trésors
Et, comme un puissant, j’ai fait descendre ceux qui siégeaient.
14 Ma main a su trouver, comme au nid, la richesse des peuples, Et, comme on ramasse des œufs abandonnés,
J’ai ramassé toute la terre :
Nul n’a remué l’aile,
Ni ouvert le bec, ni poussé un pépiement.
15 La hache se glorifie-t-elle aux dépens de celui qui s’en sert ? Ou la scie est-elle arrogante envers celui qui la manie ?
Comme si le bâton faisait mouvoir celui qui le lève,
Comme si la massue soulevait celui qui n’est pas du bois !
16 C’est pourquoi le Seigneur, l’Éternel des armées, enverra Le dépérissement parmi ses (hommes) corpulents.
Et, parmi ses nobles, s’allumera un embrasement
Tel l’embrasement d’un feu.
17 La lumière d’Israël deviendra un feu Et son Saint une flamme,
Qui consumera et dévorera ses épines et ses ronces,
En un seul jour ;
18 Qui exterminera totalement, La gloire de sa forêt et de son verger.
Il en sera comme d’un malade qui tombe en défaillance
19 Le reste des arbres de sa forêt feront un compte Qu’un enfant pourrait inscrire.
20 Il arrivera en ce jour-là Que le reste d’Israël
Et les rescapés de la maison de Jacob
Cesseront de s’appuyer sur celui qui les frappait ;
Ils s’appuieront avec confiance
Sur l’Éternel, le Saint d’Israël.
21 Un reste reviendra, Le reste de Jacob,
Au Dieu puissant
22 Quand ton peuple, ô Israël, serait Comme le sable de la mer,
Un reste (seulement) en reviendra.
L’extermination est décidée,
Elle fera déborder la justice.
23 Car cette extermination qui est décidée, Le Seigneur, l’Éternel des armées,
L’accomplit (déjà) dans tout le pays.
24 C’est pourquoi, ainsi parle le Seigneur, l’Éternel des armées : O mon peuple, qui habites en Sion, ne crains pas l’Assyrien !
Il te frappe du bâton
Et il lève (sur) toi sa massue,
Comme faisaient les Égyptiens.
25 Mais encore un peu de temps, Et (ma) fureur cessera
Et ma colère sera sa ruine.
26 L’Éternel des armées agitera le fouet contre lui, Comme à la défaite de Madian au rocher d’Oreb ;
Son bâton est sur la mer,
Il l’élève comme en Égypte,
27 En ce jour, son fardeau sera ôté de dessus ton épaule Et son joug de dessus ton cou ;
La graisse fera éclater le joug.
28 Il arrive à Ayath, traverse Migrôn, Laisse ses bagages à Mikmas.
29 Ils passent le défilé — Notre cantonnement est à Guéba ! —
Rama tremble,
Guibéa de Saül prend la fuite.
30 Éclate en sanglots, fille de Gallim Fais attention, Laïs !
Anathème sur toi, Anatoth !
31 Madména se disperse, Les habitants de Guébim cherchent un refuge.
32 Aujourd’hui même une halte à Nob, Et il menace de sa main
La montagne de la fille de Sion,
La colline de Jérusalem.
33 Voici, le Seigneur, l’Éternel des armées, Qui brise les rameaux avec violence :
Les plus hauts de stature sont coupés,
Les (plus) élevés sont jetés bas.
34 Il abat par le fer les taillis de la forêt, Et le Liban tombe sous le Puissant.

Es 10 (Bible de la Colombe)


Navigation

Mots-clés de l’article

Brèves

29 juin 2008 - Des ouvrages de qualité pour mieux connaître la Bible

Daniel Racine, chargé de cours d’archéologie à l’Institut Biblique Baptiste de Mantes-Limay, est (...)